Colloque

S_CIRILLO_vignette

Les vendredi 23 et samedi 24 mars 2018.

Université Paris 7 Diderot - Amphithéâtre Buffon.

Stefano Cirillo

Le traitement des troubles de la personnalité.

Stefano Cirillo membre pendant vingt ans du Nouveau Centre pour l’étude de la Famille dirigé par Mara Selvini Palazzoli à Milan, est actuellement un des co-directeurs de l’école de thérapie familiale qui porte dorénavant le nom de cette thérapeute reconnue internationalement. Avec ses collègues il a publié de nombreux ouvrages, dont Les jeux psychotiques dans la famille, La famille du toxicomane, Jeunes filles anorexiques et boulimiques. Il est également membre fondateur du Centre pour l’Enfant Maltraité de Milan où il assure aujourd’hui les supervisions des prises en charges familiales. Il a décrit son expérience de la violence familiale dans son texte “La famille maltraitante avec Paola Di Blasio et dans le plus récent “Mauvais parents: comment leur venir en aide“.Les thérapeutes systémiciens s’interrogent de plus en plus sur le choix de mettre entre parenthèses le symptôme et de diriger leur attention plutôt vers le fonctionnement du patient, sous-jacent, à son comportement mal adapté.

Durant ces journées, Stefano Cirillo présentera ses réflexions sur ce thème, tant dans le cadre d’une thérapie familiale que dans le cadre d’un «setting» individuel, en s’appuyant sur différents cas cliniques.

Dans le dernier texte (qui est en cours de traduction en français), Stefano Cirillo et ses collègues présentent leur réflexion sur les multiples manières avec lesquelles les thérapeutes peuvent rentrer en contact avec leurs patients, individus ou familles.

Si nous voyons l’espace vide dans cette figure comme le lieu où ce premier contact se produit, nous pouvons imaginer les sept dessins colorés aux alentours comme des serrures qui nous permettent d’ouvrir sept différentes portes d’entrée. C’est notre choix de décider laquelle emprunter.

Habituellement nous commençons par ouvrir la porte relative à la demande d’aide, individuelle, relationnelle, comme dans les thérapies de couple où il n’y a pas un patient, mais c’est la relation l’objet de la demande, familiale, lorsque nous avons affaire à un parent angoissé qui demande pour un enfant non coopératif, et finalement sous mandat, quand il n’y a pas de demande. 

Classiquement, dans l’histoire de la thérapie systémique les autres portes vers lesquelles nous nous tournions rapidement étaient le système et le symptôme, en recherchant le rapport entre les deux, puis probablement la porte trigénérationnelle.

Les autres portes sont interdites: l’attachement étant perçu comme trop dyadique, la personnalité étant accusée de stigmatiser le patient avec une étiquette nuisible (d’où la notion de patient désigné), le vécu du thérapeute étant cédé aux psychanalystes et à leur contre-transfert.

Le but du séminaire au contraire est de nous permettre de pousser les portes prohibées, pour parvenir à une vision plus complexe, plus riche et plus humaine de la personne et de sa souffrance.

 

Haut de page

Télécharger la documentation

Présentation séminaire Stefano Cirillo

Bulletin inscription S Cirillo

APRTF

Connexion

Mot de passe oublié ?